AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

Jekyll - Casey Bewis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageAuteur
MessageSujet: Jekyll - Casey Bewis Dim 25 Nov - 22:57

CASEY BEWIS
« Put*in mais où c'est que j'ai encore mis mon briquet ? »

(c) Shelley chéri
surnom sur insomnia ↘ Jekyll
sexe de ton personnage ↘ Masculin
âge & date de naissance ↘ 43 ans, né le 16 octobre 1969
occupation dans le monde réel ↘ Docteur en sciences, maître de conférences à Londres
sexualité ↘ Caffeinophile *ahem* On prend ce qui vient dirons nous...
origine ↘ Glasgow, Ecosse, Royaume-Uni
groupe ↘ Dream

« histoire de ton personnage »

Casey, un an, hurle. Ce sont des cris sans larme, un visage joufflu peinturluré de rouge et tordu par des grimaces plus horribles les unes que les autres : c’est un caprice. L’enfant réclame, l’enfant a faim, alors qu’il vient déjà d’avaler deux biberons. Les parents soupirent et se regardent en ne sachant trop quoi faire. Mais qui leur a donné un fils aussi goinfre et qui grandit aussi vite ? Casey, un an, met déjà des habits pour les bébés de deux ans.

Abel, huit ans, pleure. Il semble inconsolable malgré les mains douces de sa mère passées inlassablement dans ses cheveux et les paroles rassurantes. Devant lui, gît un cadavre. Le cadavre de son jouet favori. Les pièces du mécanisme sont répandues un peu partout, le dinosaure est séparé en trois morceaux : les pieds, le tronc, et la tête que mâchouille encore actuellement son petit frère de deux ans, Casey, après qu’il se soit amusé à frapper le sol avec. Abel, huit ans, se dit qu’il aurait préféré rester seul plutôt que de partager sa vie avec un bambin baveux et gazouilleur. Casey, deux ans, fixe lui de ses grands yeux bleus l’autre qui pleure rageusement. Il ne comprend pas. Casey, deux ans, grand seigneur Couche-culote et destructeur de dino à ses heures perdues.

Casey, six ans, a encore réclamé à sa mère une balade au parc après la sortie de l’école. De son regard encore innocent, il observe avec curiosité et intérêt une colonie de fourmis qui s’affairent autour des miettes de son goûter. Incroyable de voir qu’à son âge, tout semble attirer son attention et trouver son importance à ses yeux. Tout sauf l’école bien évidemment… Casey, six ans, a encore eu un « passable » à un exercice d’écriture et fait tout pour retarder l’inévitable : le retour à la maison et les devoirs qui vont avec.

Casey, sept ans, fait un bronx pas possible dans la chambre de son frère. Après avoir fouillé dans les tiroirs pour essayer de lui piquer sa console portable, il saute à présent sur le lit et balance à la tête de l’autre garçon toutes les peluches qui passent à portée de sa main. Abel, treize ans, essaye en vain de rester concentré. Il alterne entre exercices de maths et batailles avec le sale gosse pour tenter de le faire sortir. Casey, sept ans, ne trouve rien de plus amusant que faire chier son frangin.

Casey, onze ans, rentre en courant sur le chemin de la maison. Il sort de sa première journée de cours au collège et arbore un immense sourire. Aujourd’hui, il a eut SVT et ses yeux se sont mis à pétiller quand le professeur leurs a expliqué le programme de l’année scolaire. Casey, onze ans, va peut-être enfin se mettre à travailler à l’école.

Le jeune Bewis, seize ans, remplit sa fiche d’orientation pour l’année prochaine. Il opte pour la filière scientifique, lui devenu féru de sciences depuis plusieurs années maintenant. Il appréhende un peu, n’ayant de réelles facilités qu’en biologie seulement et se contentant de travailler les matières secondaires juste ce qu’il faut, mais reste résolu dans son choix. De cette passion, Casey, seize ans, en fera son métier, c’est décidé !

Jonathan Bewis, 54 ans, rentre de l’hôpital. Après plusieurs arrêts de travail répétés, son médecin l’a envoyé faire diverses analyses. Le verdict tombe, sans appel : cancer du pancréas. Chamboulement de la vie familiale. Jonathan espère en silence que son fils cadet se dévoue pour prendre la suite au magasin, l’aîné étant lancé dans ses études de droits depuis plusieurs années déjà. Pourtant, malgré les attentes implicites mais clairement devinables, Casey ne change pas ses plans. Pour lui, ça sera départ pour Londres d’ici un mois. Casey, dix-neuf ans, prépare ses affaires sous le regard mauvais d’Abel.

Maisie, 52 ans, lève ses yeux rougis vers son jeune cadet qui vient d’entrer dans la chambre. C’est un regard triste et désespéré qu’elle lui lance, suivit d’un hochement de tête comme pour signifier « C’est fini. ». Les sanglots affluent de nouveau, résonnant entre ces murs trop blancs, à travers ce silence trop parfait. Deux corps viennent l’enserrer tendrement. Casey, vingt-et-un ans, embrasse le front de sa mère alors que son regard se porte sur l’homme qui dort d’un sommeil sans fin sur le lit d’hôpital.

Casey, vingt-sept ans, n’en peut plus de serrer les mains. Jury et collègues, tous arrivent les uns après les autres pour le féliciter de sa soutenance de thèse. Mention très honorable avec félicitations du jury. On peut difficilement demander mieux. Le tout juste nommé « docteur » jette pourtant un regard déçu sur la salle. Ni sa mère, ni son frère n’ont fait le déplacement. Là où tous les thésards fêtent donc leur réussite aussi bien avec leurs confrères qu’avec leurs proches, Casey, vingt-sept ans, se contentera de trinquer avec les autres scientifiques.

Abel, trente-sept ans, renifle d’un air agacé. Son frère vient de revenir de quatre ans passés en France mais même après tout ce temps, il n’arrive pas à lui pardonner. Il regarde leur mère le serrer contre elle et pleurer de joie en retrouvant son jeune fils qui lui a tant manqué. Lui, n’arrive pas à comprendre comment elle semble avoir oublié que quelques années plus tôt, Casey a fait le choix de passer un concours plutôt que de venir en urgence voir leur père mourant à l’hôpital. Casey, trente-et-un ans, vient de rentrer et se sent déjà de trop. C’est sûr, c’est une nouvelle fois à Londres qu’il ira pour mener sa vie.

Shelley, vingt-cinq ans, semble être devenu l’objet d’attention du professeur. L’intervenant a du mal à ne pas laisser aller constamment son regard vers le jeune homme. Les deux paires d’yeux bleus se croisent et le maître de conférences se dit que c’est bien la première fois qu’il porte autant d’intérêt à un élève. Serait-ce le congrès à venir qui lui retourne un peu la cervelle ? Casey, trente-cinq ans, n’arrive même plus à faire marcher son pointeur à cause de tout ça.

Les mains de mister Bewis, trente-six ans, se baladent, se glissent ça et là sous le haut et par-dessus le jean d’un charmant jeune homme. Les lèvres se cherchent et les soupirs s’échappent entre les baisers échangés. Casey, trente-six ans, donne des « cours particuliers » à Shelley depuis un an déjà.

Casey, trente-neuf ans, reste bouche-bée et immobile à son bureau. Un collègue vient de lui présenter un nouvel arrivant au laboratoire, un certain Shelley Howards. Bien qu’ils ne se soient pas vu depuis plus d’un an, le chercheur n’a pas eu trop de mal à reconnaître celui qui fut à l’origine de quelques partie de jambes en l’air fort sympathiques. Casey, trente-neuf ans, n’en revient pas et se demande bien ce que l’autre est venu faire ici.

Casey, quarante-et-un ans, se frotte la joue tout en regardant d’un sale œil son frère qui vient de lui assener une gifle. Ce n’est pas l’envie de répliquer qui lui manquer, mais aujourd’hui, cela fait vingt ans que leur père est décédé. Le cadet, pour une fois plus raisonnable que son aîné, décide de reporter la querelle à plus tard et se contente de tourner les talons. A peine a-t-il fait quelques pas que Joshua, quatre ans et Audrey, deux ans, arrivent en titubant pour lui tendre une embuscade. Tonton Casey, quarante-et-un ans, sourit, les soulève comme des petits sacs de patates et prie pour qu’ils ne deviennent jamais aussi stupides que leur père.

Casey, de nos jours, sort d’une douche bien chaude. La journée a été éprouvante entre les expériences à mener et les rendez-vous avec des collaborateurs. Il va donc s’enrouler dans sa couette. Bien vite, ses yeux se ferment, alourdis par la fatigue. Il sourit juste avant de s’endormir. Jekyll, pour la énième nuit, s’en va retrouver son âme sœur, Caffeine.

« l'arrivée à insomnia »

Ce n’était pas tant le fait d’aller à ce foutu congrès qui angoissait tant notre cher Casey, non. Non, vraiment, ce qui lui retournait l’estomac depuis plusieurs jours maintenant c’était qu’en plus de devoir assister au congrès, il se devait aussi d’y faire une présentation pour remplacer le directeur du laboratoire qui ne pouvait finalement pas se rendre sur les lieux. Et autant, le voyage était prévu depuis des mois, autant là, il n’avait appris la nouvelle que depuis peu et il ne lui restait pas plus qu’une petite semaine pour boucler son pitch avant le jour fatidique.

En trente-cinq ans d’existence, Dieu sait que l’écossais avait eu le loisir de connaître de sympathiques périodes de stress, mais celle-ci semblait surpasser toutes les précédentes…

Il n’avait pas mis les pieds au labo depuis trois jours. Le bruit dans les couloirs, les aller-venues dans le bureau,…tant de choses qui l’auraient déconcentré et écarté de son objectif. Il était donc resté cloîtré chez lui, penché sur son écran d’ordinateur et enseveli sous plusieurs articles scientifiques, et ne se levant que pour subvenir au strict minimum de ses besoins primaires. Et comprenez que dormir ne faisait pas partie de ces besoins là.

Trois jours et deux nuits qu’il ne s’accordait donc aucun repos, si ce n’est quelques siestes de quinze minutes à peine. Trois jours et deux nuits qu’il ne carburait qu’au café (sa réserve arrivait d’ailleurs bientôt à sa fin), mais il le savait : il touchait au but, ce n’était qu’une question d’heures.
Heures qui parurent néanmoins durer une éternité, surtout au vu de l’état lamentable dans lequel Casey commençait à se trouver. L’attention qui flanche malgré tous les beaux efforts, les fautes de frappes, les paupières qui restent fermées un peu trop longtemps pour qu’il ne s’agisse que d’un simple clignement,… Ce fut dur. Très dur. Mais finalement, c’est avec un soupir las mais cependant victorieux (!) que Casey apposa le point final à son séminaire.
Enfin…la libération ! Le trentenaire se laissa aller en arrière sur son siège, contemplant un instant son œuvre avec satisfaction avant d’arrêter de lutter et de se laisser emporter par le sommeil. Il se surprit à espérer de ne pas rêver de cellules et de biologie juste avant de fermer les yeux.

Puis, après quelques secondes à peine, les rouvrit et posa ses iris océan sur un endroit bien différent de là où il s’était endormi.
Et seulement trois mots s’imposèrent à lui lorsqu’il eut pris brièvement connaissance de sa nouvelle apparence et des environs :

« What the f*uck ?! »
« qui es-tu ? »

ton prénom/pseudo ↘ Poulet
ton âge ↘ On ne demande pas son âge à une demoiselle v.v
fréquence de connexion ↘ Disons 8/10
comment as-tu découvert le forum ? ↘ Il était caché derrière un buisson ! Je cherchais Shelley à la base...8D
comment le trouves-tu ? ↘Fun ! Je fais mumuse avec les vavas qui montent et descendent...\o/
tes avatars ↘ Marian Cross from D-Gray-man pour Jekyll et Smoker from One Piece pour Casey
le mot de la fin ↘ Rien de bien constructif à cette heure-ci...juste, on a bien vu la news qui dit de diversifier les groupes, mais on est sur les fiche depuis une semaine donc...sorry @@

(c) Shelley chéri

avatar


NOM RÉEL : Casey Bewis
ÂGE : 48
OCCUPATION : Docteur en sciences, maître de conférences

VILLE ACTUELLE : Londres



Voir le profil de l'utilisateur

D R E A M


MessageSujet: Re: Jekyll - Casey Bewis Lun 26 Nov - 0:42
Bienvenue ♥
On s'occupe de la fiche tout à l'heure *regarde l'heure*, pas de soucis concernant le groupe & la ville.
Heureux de vous accueillir parmi nous ~

avatar




Voir le profil de l'utilisateur http://insomnia-rpg.forums-actifs.com

♥ Créateur de rêve ♥


http://insomnia-rpg.forums-actifs.com
MessageSujet: Re: Jekyll - Casey Bewis Lun 26 Nov - 9:59
Une silhouette apparut dans un nuage de fumée, droite avec beaucoup de prestance. La personne se tourna vers Jekyll.

Bienvenue sur Insomnia, Jekyll. Je suis le gardien numéro "4".
Si tu es ici c'est que Insomnia a accepté ton existence. Je suis chargé de t'expliquer comment fonctionne notre monde en vérifiant si tu es apte à y vivre. si tu ne l'es pas je te renverrais sur le champs
, dit le gardien d'un air neutre. Il reprit néanmoins :
Jekyll, ton apparence correspond à ce que tu es vraiment au fond de toi, à toi de chercher tes propres réponses. Et, en ce qui concerne Insomnia, tu peux y faire tout ce que tu souhaites, matérialiser ce que tu désires, parler avec n'importe qui, n'importe quand, la langue parlée n'est plus un obstacle. Tu peux visiter n'importe quel lieu, ce monde n'a aucune limite mais en contrepartie, tu devras respecter certaines lois fondamentales au bon fonctionnement d'Insomnia. Murmura t-il.

Il fit une légère pause en fixant Jekyll du regard puis il fit un pas en avant, commençant sa récitation :
♦️ Premièrement, Insomnia est un monde qui ne veut que ton bonheur et tu ne dois jamais le contredire.
♦️ Deuxièmement, Insomnia est un refuge de bonheur et d'espérance, il n'est donc pas bon de ressasser les réalités extérieures à ce monde.
♦️ Troisièmement, si tu décides de quitter Insomnia, libre à toi, mais ne force pas autrui à te suivre.
♦️ Quatrièmement, les vices humains sont proscrits car ils sont à l'origine de beaucoup de maux ce qui est contraire à la volonté d'Insomnia.
♦️ Cinquièmement et dernièrement, la matérialisation t'es accordée si elle est sujet de liberté et non de prise de force. En espérant que tu m'as compris, Jekyll. Je te souhaite un bon séjour parmi nous, en espérant que tu trouves ce que tu souhaites.

Sur ces mots, le gardien disparut dans le même nuage de fumée qui lui avait permis d'apparaître.



BIENVENUE
sur I N S O M N I A


Tu peux désormais te diriger vers la zone de RP pour incarner ton personnage tout frais sorti -poissonpourri kawai - !
@. Tu t'engages à devenir loyal à Lerry et à porter un collier avec écrit dessus "BITCH" car j'aime la plage ♥


Voilà, bon jeu parmi nous ; Luv' u ♥️ Excité

avatar



Voir le profil de l'utilisateur

G A R D I E N


MessageSujet: Re: Jekyll - Casey Bewis




Contenu sponsorisé


Jekyll - Casey Bewis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
INSOMNIA. :: ADMINISTRATION :: Création de personnages :: Portail des bienvenues-