AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

Deux étrangers, deux inconnus, et pourtant ! {PV Eira} FINI !!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageAuteur
MessageSujet: Deux étrangers, deux inconnus, et pourtant ! {PV Eira} FINI !! Dim 11 Nov - 18:10


L’avion allait enfin se poser sur le sol américain : il était temps. Le vol me paru durer une éternité, et je suis loin d’être fan des avions. C’était la première fois que je venais à New York en temps que représentant de l’entreprise. J’étais fier que mes parents me confient cette mission. D’habitude, je me chargeais plus des affaires en Europe notamment en France et en Allemagne. L’avion atterrit, je pus sortir de cette machine volante. Il était déjà tard, pourtant il y avait énormément de monde. Heureusement que mon voiturier tenait une grosse pancarte avec mon nom sinon je ne l’aurais jamais trouvé. Il prit mes bagages, et je le suivis jusqu’à une berline noire.

Durant le trajet, j’observais attentivement tout ce que je voyais. C’était une ville très vivante, lumineuse mais je préférais quand même Londres. La voiture s’arrêta devant un grand hôtel luxueux où je savais que j’allais pouvoir passer une excellente nuit. Il y a de nombreux avantages à être riche et celui-ci en fait parti.

On me remit rapidement les clefs et je pus monter dans ma suite. Elle était spacieuse et bien décorée mais à vrai dire, cela m’était un peu égal. Je pris une bonne douche pour me relaxer et détendre mes muscles qui étaient quelque peu ankylosés après un tel voyage. Puis, je me couchais prêt pour une nuit que je voulais reposante.

Le lendemain, je me réveillais en forme et dans de bonnes dispositions. J’avais ma matinée de libre, je pris donc le temps de me lever, de prendre mon petit déjeuner. Je rangeais également mes affaires dans l’armoire, j’étais là pour 10 jours alors autant s’installer. Vers midi, je descendis prendre mon déjeuner au restaurant de l’hôtel et attendais 13h30 que mon chauffeur arrive. J’avais rendez-vous à 14h à l’hôpital de New York, avec son directeur. Ma famille avait décidé d’investir dans plusieurs services de l’établissement et notamment dans celui destiné aux enfants et aux adolescents.

L’homme qui se trouvait en face de moi, devait avoir une cinquantaine d’année tout au plus. Il avait un visage assez carré, une barbe soigneusement définie et des cheveux en brosse poivre et sel. Il se tenait raide comme un piquet et ne faisait que parler des progrès que l’argent de ma famille pouvait permettre. Et je dois dire qu’il avait un certain talent pour la flatterie. Je l’écoutais à peine, me contentant de le regarder avant mon air froid et arrogant. Il s’exclama soudain : « Oh ! Mais j’y pense, vous êtes bien d’origine écossaise ? ». J’haussais la tête, me demandant où il voulait en venir. «Nous avons ici, une jeune fille qui vient du pays de Galles et il me semble d’écossais et gallois, on de très bonnes relations ». J’étais surpris par son affirmation, il est vrai que je connaissais quelques anciennes familles galloises mais cela s’arrêtait là. « Où voulez vous en venir » lui répondis-je froidement. Le pauvre homme était troublé et ne savait plus où se mettre, « Je pensais que cela aurait put vous intéressez. Elle s’appelle Elisabeth MacBell, elle a une grave maladie et ne peux presque plus marcher ». Je préféré ne rien répondre, il avait juste chercher à faire son intéressant. L’entretien s’acheva quelques minutes plus tard, je le quittais en lui promettant de porter un grand intérêt à la gestion de notre donation.

Dans l’ascenseur, je fus de l’envie d’aller voir cette fille dont le directeur venait de me parler. Je sortis donc à l’étage du service de neurologie et me dirigeais vers le bureau des infirmières. On m’y informa qu’elle était dans la chambre n°305 au bout du couloir. Je me dirigeais donc vers elle, ne sachant vraiment pas, pourquoi je m’y rendais. La porte était légèrement entrouverte, j’espérais secrètement qu’elle soit entrain de dormir. Je poussais doucement la porte, et découvris une petite fille endormie dans ce lit blanc. Je ne pensais pas qu’elle serait si jeune, elle avait visage d’ange et de longs et beaux cheveux. Comment croire qu’elle était malade et qu’elle devait souffrir tous les jours depuis son accident ? Je fus sorti de mes pensées par un bruit, la jeune fille venait de se réveiller et me regarder étrangement.


Dernière édition par Mirage le Mer 8 Mai - 7:54, édité 4 fois

avatar



Invité
Invité


MessageSujet: Re: Deux étrangers, deux inconnus, et pourtant ! {PV Eira} FINI !! Lun 12 Nov - 21:10



Cette nuit là, Elizabeth avait décidé de ne pas aller à Insomnia. Certes, ce monde lui plaisait beaucoup, mais comme elle y était parfaitement lucide, ce n'était pas aussi amusant qu'un vrai rêve, monté de toute pièce par son subconscient. Ces derniers temps, pourtant, elle avait souvent eut très peur de s'endormir, de faire des cauchemars. Quand elle était plus petite, ses seuls cauchemars se composaient de chevaux, de lutins , ou autres créatures plus ou moins bizarres. Mais depuis qu'elle était au courant de sa maladie, c'était tout autre chose : elle rêvait qu'elle était incapable de marcher, incapable de bouger correctement, incapable d'écrire, incapable de parler... Ces cauchemars l'angoissaient, à tel point qu'elle n'osait même pas en parler.

Ce n'est que la semaine dernière qu'elle découvrit l'existence d'Insomnia. C'était la première fois qu'Elizabeth faisait des rêves merveilleux, loin de la réalité de son monde... Un sentiment de satisfaction et de soulagement énorme l'avait emplie lorsqu'elle s'était réveillée. Il lui était plus simple de sourire le jour, d'accepter sa condition, parce qu'elle savait qu'elle pourrait toujours y retourner. Elle parlait plus, riait plus, elle mettait même plus d'énergie pendant ses exercices de ré-éducation. Ses parents étaient très surpris de ce changement, mais ils ne lui posèrent pas de questions, trop contents de voir que leur fille avait trouvé un moyen de surpasser sa maladie.

Mais Elizabeth se demandait à quoi ses vrais rêves ressembleraient maintenant ? Elle ne savait pas très bien expliqué comment mais elle savait qu'elle pouvait choisir ne pas aller sur Insomnia. Mais la curiosité avait toujours été l'un de ses plus grands défauts, aussi avait-elle tenté pour la première fois de s'endormir normalement. D'ordinaire, elle était capable de se remémorer la plupart de ses rêves, mais cette fois là, non. Elle savait qu'elle avait vu un oiseau s'envoler, mais elle était incapable de se souvenir de son espèce ou de sa couleur...

Tout à coup, un bruit sourd la réveilla. Elle se releva d'un seul coup, surprise, et regarda un peu partout d'où la bruit pouvait venir. Quelle ne fut pas sa surprise lorsqu'elle vit un homme à son chevet ! Elle le dévisagea un instant, choquée. Il avait une vingtaine d'années, des cheveux et des yeux sombres, et il était bien habillé. Pour une raison qui lui échappait, il lui faisait un peu peur... Peut-être était-ce son expression neutre, ou bien le fait qu'il soit entré dans sa chambre alors qu'elle ne le connaissait pas ?

- Hmm... Qui êtes-vous ?

Elizabeth se rendit compte qu'elle était toujours décoiffée. Sur le coup, elle n'y avait pas prêté attention, mais en voyant le charisme que dégageait cet homme, elle se sentit un peu honteuse. Elle passa une main dans ses cheveux pour essayer d'aplatir ses épis, et lissa un peu sa robe. Sa pendule indiquait 14h15, elle avait dormit plus longtemps qu'elle ne l'avait prévu. Elle re-concentra son attention sur son interlocuteur, confuse.

- Pourquoi êtes-vous ici...? Je peux vous aider ?

Elle le regarda, l'air suspicieux. Mais s'il voulait lui faire quelque chose de mal, il l'aurait déjà fait non ? Peut-être qu'il s'était juste trompé de chambre...



So she prayed, again and again
Hoping that God would send her
The one for whom her heart will beat
Forever and ever
Even when she won't be there anymore...


Hamtaro ♪:
 


Dernière édition par Eira le Jeu 22 Nov - 12:35, édité 1 fois

avatar


NOM RÉEL : Elizabeth MacBell
ÂGE : 18
OCCUPATION : Lire, écrire, rêver...

VILLE ACTUELLE : New York



Voir le profil de l'utilisateur

★ Admin cool ★


MessageSujet: Re: Deux étrangers, deux inconnus, et pourtant ! {PV Eira} FINI !! Mar 20 Nov - 16:15
J’étais tétanisé, je ne savais pas quoi faire, mon cerveau fonctionner à toute vitesse. Qu’est ce qui avait bien put me pousser à venir dans cette chambre ? Et pourquoi fallait-il qu’elle se soit réveillée alors que j’étais toujours là ? Le sort semblait s’acharner sur moi, il ne pouvait pas en être autrement. Il n’y aucun échappatoire, je ne pouvais tout de même pas m’enfuir en courant. Qu’est ce que je peux me maudire des fois !

Mon attention se reporta sur la jeune demoiselle lorsque celle-ci me demanda qui j’étais, pourquoi j’étais là et si elle pouvait m’aider. Ça faisait beaucoup de question à la fois. Je la sentais mal à l’aise, elle avait mis un peu d’ordre dans ses cheveux et sa tenue comme si elle tenait à être présentable. Serai se mes vêtements et mon allure qui l’incommodée ? Il fallait que je lui réponde rapidement avant que le silence ne s’installe.

« Et bien ... je me nomme Keir » dis-je d’une voix hésitante que je ne me connaissais pas. « Je suis désolé de vous dérangeais, je ne sais pas vraiment pourquoi je suis ici ».

Elle allait sûrement me prendre pour un fou ou pire un psychopathe. Il fallait vraiment que je me ressaisisse ! C’était nullement dans mes habitudes de perdre mes moyens, en plus devant une fille, quelque soit son âge. Je dirigeais des personnes toute la journée, donner des ordres était mon quotidien alors pourquoi devant elle j’étais comme un enfant prit en train de faire une bêtise. Je ne savais pas comment me sortir de cette situation alors je décidais d’engager un semblant de conversation pour la rassurer et lui montrer que je ne lui voulais aucun mal.

« J’avais rendez-vous avec le directeur de l’hôpital» commençais-je en m’avançant un peu plus dans la pièce tout en restant à bonne distance de son lit. « Il m’a parlait et j’ai cru comprendre que nous avions des origines ... assez proches. »

J’espérais sincèrement qu’elle me croit et ne soit pas plus effrayée. Mais, peut-être que rester n’est pas la meilleure solution.

« Je devrais partir, je vous ai déjà trop importuné » dis-je avant de me retourner prêt à sortir de cette chambre blanche.


avatar



Invité
Invité


MessageSujet: Re: Deux étrangers, deux inconnus, et pourtant ! {PV Eira} FINI !! Mer 21 Nov - 14:51


« Et bien ... je me nomme Keir. Je suis désolé de vous déranger, je ne sais pas vraiment pourquoi je suis ici ».

Elizabeth se demanda si ce "Keir" n'était pas aussi un patient de l'hôpital... Il y avait quelques cas où certaines personnes, suite à un accident, ne savent plus ce qu'elles font. Et puis ils se trouvaient dans la partie neurologique de l'hôpital, alors ça avait du sens ! Quoique pas tout à fait... Au vu de ses vêtements, il avait l'air de quelqu'un de fortuné, et haut placé... La petit fille se demanda même un instant s'il n'était pas un agent secret ? Après tout dans un certain sens, c'était aussi cohérent !
Puis son cerveau se remit à marcher correctement, laissant de côté son imagination -trop- débordante. Cet homme était probablement un agent qui cherchait à contacter sa mère, pour un magazine ou une pub, et dieu sait quoi encore... Un peu déçue, elle baissa la tête, cachant son visage derrière ses longs cheveux.

« J’avais rendez-vous avec le directeur de l’hôpital. »

Elizabeth releva la tête, surprise. Alors c'était le directeur de l'hôpital qu'il cherchait ? Pourquoi ? Peut-être que l'hôpital avait des problèmes ? Ou bien c'était elle, puisqu'il était venu dans sa chambre ? Peut-être que Keir était un docteur spécial, et qu'il venait lui annoncer qu'il n'y avait plus d'espoir pour elle...

« Il m’a parlait et j’ai cru comprendre que nous avions des origines ... assez proches. »

Après avoir pensé aux pires scénarios possibles, cette annonce lui parut presque normale et elle poussa un léger soupir de soulagement, portant un main sur son coeur, qui battait plus rapidement. Ainsi, ils avaient des origines proches ? Maintenant qu'elle y pensait, il était vrai que "Keir" ressemblait un peu à la langue de son pays natal. En repensant à son pays, elle sourit et se détendit. C'était rare de croiser quelqu'un de là d'où elle venait, encore plus à l'hôpital, c'était sûrement bon signe ! Peut-être que le Royaume-Unis lui manquait aussi à lui aussi ?

« Je devrais partir, je vous ai déjà trop importuné. »


« Attendez ! »

Elle porta la main à sa bouche, qui avait parlé toute seule. L'homme s'était déjà retourné pour partir, mais elle avait envie d'en connaître plus... Beaucoup de questions défilaient dans sa tête, mais il fallait qu'elle parle vite avant qu'il ne s'en aille. Elle s'apprêta à parler lorsqu'un piaillement se fit entendre à sa droite. Elle tourna la tête et vit un petit oiseau, à moitié assommé, sur le rebord.

"Ah... Est-ce qu'il est... ?"

Elle voulu se lever pour aller sur le balcon et vérifier comment allait l'oiseau. Elle sortit prudemment ses jambes de sa couverture et enfila ses pantoufles. Elle se redressa et se tint à la rambarde de son lit. Hésitante, elle tourna son regard vers Keir.

" ... Vous pouvez m'aidez à aller sur le balcon ? Il y a un oiseau, je crois qu'il est blessé..."

Même si elle était triste pour le petit animal, elle était tout de même contente d'avoir trouvé un prétexte pour que Keir reste. Et puis elle s'ennuyait tellement dans cet hôpital...



So she prayed, again and again
Hoping that God would send her
The one for whom her heart will beat
Forever and ever
Even when she won't be there anymore...


Hamtaro ♪:
 

avatar


NOM RÉEL : Elizabeth MacBell
ÂGE : 18
OCCUPATION : Lire, écrire, rêver...

VILLE ACTUELLE : New York



Voir le profil de l'utilisateur

★ Admin cool ★


MessageSujet: Re: Deux étrangers, deux inconnus, et pourtant ! {PV Eira} FINI !! Jeu 29 Nov - 13:36
Sa voix cristalline me retint de quitter cette chambre d’hôpital. Je ne pensais vraiment pas qu’elle me demanderai de rester, bien au contraire. J’inspirais profondément avant de me retourner et faire de nouveau face à la jeune fille. Elle était en train de sortir de son lit, ses jambes étaient pâles et frêles. Elle se tint à la rambarde de son lit, un peu tremblante, apparemment pas très à l’aise debout. Le destin était vraiment injuste ! Comment une jeune fille, si jeune, pouvait être malade à un tel point qu’elle devait se battre pour ne pas perdre l’usage de ses membres inférieurs ? Je la plaignais sincèrement mais d’un autre côté, j’étais admiratif de son courage ; car il en faut pour se battre et continuer à vivre dans une situation pareille. Cela me rappelait un peu l’épreuve que j’avais subi il y a quelques années et qui me hantait toujours.

Elle me demanda de l’aider pour l’accompagner jusqu’à la fenêtre pour voir si un oiseau, que je n’avais remarqué, était blessé ou s’il allait bien. Je ne pouvais décemment pas refuser, alors je m’approchai doucement pour ne pas la brusquer ou lui faire peur. Je lui tendis ma main, lui offrant ainsi un appui stable. La fenêtre n’était pas bien loin de son lit, mais nous y allâmes doucement. L’oiseau qui avait retenu son attention, battit des ailes pendant quelques secondes avant de prendre son envol. Je le suivis du regard jusqu’à ce qu’il disparaisse derrière un immeuble, je repartais alors mon attention sur la jeune demoiselle à mes côtés. Elle semblait plutôt heureuse que ce petit animal n’est pas grand chose au final.

« Il est sûrement parti rejoindre les siens. » dis-je dans le but de lui faire plaisir.

A travers le contact de nos mains, je pouvais sentir toute sa fragilité et son innocence. J’ai l’impression que ses jambes pouvaient céder à tout instant et, ne voulant pas qu’elle perde l’équilibre ou chute, je serrais un peu plus fort sa petite main. Je ne savais ce qu’il convenait de faire dans cette situation alors je lui demandais :

« Souhaitez-vous rejoindre votre lit ? » en lui offrant un sourire que je voulais rassurant.

avatar



Invité
Invité


MessageSujet: Re: Deux étrangers, deux inconnus, et pourtant ! {PV Eira} FINI !! Mer 9 Jan - 13:08

La petite était rassurée pour l'oiseau. Elle ne croyait pas au hasard, et ce n'était sûrement pas pour rien qu'elle avait fait ce rêve. Elle avait lu dans un livre sur les rêves qu'un oiseau était signe de chance. Assurément, Keir n'était pas anodin à tout cela ! C'était un signe, Liz en était persuadée. Oui, ça ne pouvait pas en être autrement ! La jeune fille avait eut un peu peur de lui au début, mais sa peur semblait s'être envolé, comme cet oiseau... La grande main qui serrait la sienne était tiède, ou peut-être était-ce juste la sienne qui était glacée ? Cette chaleur était rassurante, c'était comme si ils avaient toujours été proches. Mais c'était peut-être parce que le même sang britannique coulait dans leur veine ? Elle s'amusa à penser que oui. Le vent souffla plus fort et la fit greloter. L'air était glacé dehors, et bien que cela ne la dérange pas du tout, elle savait qu'elle devait rentrer à l'intérieur pour ne pas tomber malade. Même une petite fièvre risquait d'être dangereux pour elle...

« Souhaitez-vous rejoindre votre lit ? »

Le brun lui avait sourit, et elle hocha la tête en lui rendant son sourire. Il resserra un peu son étreinte sur sa main pour bien s'assurer qu'elle ne tombe pas... Cela prouvait qu'il était sensible au bien-être d'autres personnes, non ? En tout cas, il n'en fallait pas plus pour Liz pour être persuadée que l'irlandais était quelqu'un de bien ! Lorsqu'ils atteignirent le lit, elle se reglissa dans ses couvertures, ce qui calma un peu ses frissons. Se tournant vers Keir, elle lui adressa un sourire radieux et commença à parler, pleine d'entrain.

« Keir, c'est ça ? Qu'est-ce que tu fais dans la vie ? Quand tu es entré dans la pièce, j'ai cru que tu étais un agent secret ! Ca aurait été drôle, dans les films ou dans les livres, les espions partent partout en mission ! Et toi, tu voyages beaucoup ? C'est la première fois que tu viens à l'hôpital, hein ?»

Liz était persuadée de ne l'avoir jamais vu à l'hôpital... Elle ne prétendait pas connaître tout le monde, loin de là, mais un homme comme lui, ça aurait dû se savoir depuis un moment non ? Il avait dit qu'il avait rendez-vous avez le directeur... Soudain, une idée la frappa et elle se redressa, comme alarmée.

« Oh ! Peut-être que tu es malade ? Tu as besoin de te faire soigner ? C'est pour ça que tu es allé voir le directeur ? C'est grave ?!»

Le directeur était quelqu'un de très occupé et il était rare de le voir s'occuper des patients. Parfois il passait dans toutes les chambres de l'hôpital pour nous saluer, mais elle ne se souvenait pas l'avoir vu s'occuper de qui que ce soit, sauf pour des cas très, très grave... Et même si elle ne connaissait Keir que depuis quelques minutes, elle était inquiète à son égard. C'est normal après tout ! Lorsque quelqu'un est malade, on se préoccupe de son état de santé...


avatar


NOM RÉEL : Elizabeth MacBell
ÂGE : 18
OCCUPATION : Lire, écrire, rêver...

VILLE ACTUELLE : New York



Voir le profil de l'utilisateur

★ Admin cool ★


MessageSujet: Re: Deux étrangers, deux inconnus, et pourtant ! {PV Eira} FINI !! Dim 13 Jan - 16:48
Une fois retournait à son lit, sous ses couvertures au chaud, elle sembla se détendre. Il est vrai qu'il ne faisait pas très chaud dans la pièce et surtout à côté de la fenêtre. Je n'y avais pas fait attention avant de la voir frissonner. Je sentais le froid, mais avec l'habitude j'avais développé une plus grande résistance au froid que les autres personnes. Malheureusement, cela ne m'empêchait pas de tomber malade de temps à autre et le plus souvent je l’étais au point de ne pouvoir sortir de mon lit.

Élisabeth se tourna vers moi avec un merveilleux sourire qui illuminait son doux visage. Elle commença à parler avec un enthousiasme débordant qui fit me sourire encore plus. Mais, elle m'avoua ensuite qu'elle m'avait prit pour un agent secret, je ne pus m'empêcher de rire doucement. Elle avait vraiment une imagination débordante cette jeune fille. Je regardais quand même mes vêtements pour voir s'il y avait une raison à cette pensée, mais je n'étais pas entièrement vêtu de noir. Elle me posa plusieurs autres questions, ça faisait beaucoup. Il y encore quelques minutes, je n’aurais pas cru qu’elle était si sociable et si enjouée. Elle devait être heureuse d’avoir de la compagnie et puis, je suppose que vivre dans un hôpital était loin d’être un endroit épanouissant surtout pour une fille.

Elle changea tout à coup de ton pour me demander si j’étais ici à cause d’une maladie grave. Je la rassurais avec un grand sourire, je trouvais cela si touchant qu’elle se préoccupe de ma santé alors que c’était elle qui était dans un lit.

« Vous n’avez aucune inquiétude à vous faire là-dessus,
commençais-je, je suis en pleine forme. Pour répondre à vos autres questions, je travaille au sein d’une grande entreprise. Et de ce fait, je voyage pas mal mais c’est la première fois que je viens sur le sol américain. »

Je ne voulais pas lui dire mon rang dans la société car je ne souhaitais qu’elle me voit différemment de maintenant. Ici, dans cette chambre, j’étais Keir et seulement lui. Je pouvais enfin enlever pour un moment le manteau d’héritier froid et mesquin. L’accident m’avait rendu ainsi, mais avec Élisabeth, j’avais simplement envie d’être moi-même, l’homme que j’étais avant.

« Vous vivez aux États-Unis depuis longtemps ? demandais-je. Vous avez connu le pays de vos origines ? C’est un pays si mystique plein d’histoires et de légendes dont l’un des plus bel endroit est Castell Caerffili*. Vous connaissez ?

Le passionné d’Histoire que j’étais refaisais surface, je ne pouvais m’empêcher. J’aimais trop les légendes de mon pays, elles étaient pour moi une source de rêveries et d’évasions. Quand j’étais enfant, je pouvais passer des heures dans la bibliothèque de notre manoir à lire des vieux manuscrits relatant les contes et légendes du Royaume-Uni.



*galois: Château de Caerphilly


Dernière édition par Mirage le Mer 1 Mai - 8:24, édité 1 fois

avatar



Invité
Invité


MessageSujet: Re: Deux étrangers, deux inconnus, et pourtant ! {PV Eira} FINI !! Lun 14 Jan - 20:46


Liz s'illumina à l'entente d'un des nombreux bâtiments historiques de son pays natal.

" Oui ! C'est celui avec la tour penchée ! C'est le préféré de mon père ! Il trouvait toujours un prétexte pour qu'on y aille dès qu'on le pouvait... Mais moi je préfère Caernafon ! J'habitais sur Ynys Môn, enfin, Anglesey, et ça a toujours été mon château préféré, je pouvais voir toute mon île de là haut ! Ah, mais j'y pense..."

La jeune fille pointa le mur face à elle. Dessus se trouvait une peinture du château de Caernafon, un jour ensoleillé. Construit prêt du port, il donnait l'impression de dominer la mer et la terre... Chaque fois qu'elle voyait ce tableau, Eira se sentait un peu chez elle. Les couleurs vibrantes du paysage contrastaient nettement avec les murs pâles de sa chambre, mais avec de l'imagination, elle pouvait se croire dans un bateau voguant vers son île natale, après avoir longuement marché dans les tours du château...

" Mon père a fait ce tableau. Le Pays de Galles lui manque aussi... Mais c'est plus simple pour Maman de vivre ici. Elle est mannequin vous savez ? Elle devient de plus en plus populaire, c'est compliqué de la voir en ce moment ! Mais c'était pire quand on habitait en Angleterre, alors on a déménagé il y a 3 ans."

Elisabeth croisa les bras et fit une mine boudeuse.

" New-York est tellement ennuyant ! Il n'y a que des buildings et des voitures. Il n'y a pas une seule forêt ou vestiges à explorer. C'est un pays sans contes ni légendes ! Où sont les dragons et les chevaliers ?! Ici on ne parle que de politique et d'argent..."

Il n'y avait rien à faire aux États-Unis. Ses parents lui avaient bien promis de l'emmener au Canada voir les aurores boréales, mais sa mère était toujours épuisée en rentrant des séances de photo et en plus, avec sa maladie, le tout a été complètement enterré. Si encore elle pouvait sortir marcher dans la neige... Mais même pas. De toute façon, elle ne pouvait même plus marcher correctement au point où elle en était... Mais elle s'y était habituée maintenant, et la rééducation lui permettait quand même de pouvoir se maintenir sur ses deux pieds, ce qui était déjà bien ! Enfin, sauf pour rencontrer des gens, rester dans sa chambre, sauf les week-ends, réduisait considérablement ses chances de se faire des amis... Du moins c'était ce qu'elle croyait. Il y avait Keir ! Peut-être qu'une divinité l'avait enfin prit en pitié et lui a envoyé le jeune homme pour lui tenir compagnie... Eh ben, ça serait pas trop tôt !

"Vous connaissez des légendes irlandaises ? Mon père m'a surtout raconté des contes gallois, mais je suis sûre que les irlandais ont aussi des histoires intéressantes ! Hein ? Hein ?

La petite était surexcitée à l'idée d'entendre une nouvelle histoire ! Elle était comme ça Liz, toujours une petite fille passionnée de récits imaginaires et autres superstitions...


avatar


NOM RÉEL : Elizabeth MacBell
ÂGE : 18
OCCUPATION : Lire, écrire, rêver...

VILLE ACTUELLE : New York



Voir le profil de l'utilisateur

★ Admin cool ★


MessageSujet: Re: Deux étrangers, deux inconnus, et pourtant ! {PV Eira} FINI !! Mer 23 Jan - 13:50

Comment avais-je pu ne pas remarquer ce magnifique tableau représentant le Castell Caerffili. Son père avait beaucoup de talent et une très jolie pâte. Je m’intéressais déjà à l’art avant de retrouver Gabriel, mais à ses côtés j’ai découvert une autre dimension de l’art. Je pouvais donc dire en connaisseur que ce tableau était exceptionnel et je le fis savoir à Élisabeth. Elle n’avait pas une vie facile mais elle l’affrontait avec beaucoup de courageux et d’intelligence. Elle semblait bien mature pour son âge mais dans ses doux yeux bleus, on pouvait voir qu’à bien des égards, elle gardait une âme d’enfant. Je trouvais cela touchant, et j’espérais pour elle que jamais celle-ci ne disparaisse.

L’amour de la jeune fille pour les histoires était comparable au mien et je ne pouvais que répondre positivement à son interrogation. Je connaissais moult contes, légendes, histoires de nombreux mais surtout du Royaume-Uni. Je cherchai dans ma tête tous ceux qui concernaient l’Irlande puisque c’était sa demande. Après quelques minutes, je trouvais un joli conte qui m’avait raconté un soir d’orage, ma nourrice. Il n’était pas très farfelu mais je l’aimais bien.

Mon histoire étant un peu longue, je chercha de quoi m’asseoir. Il avait un fauteuil bleu dans un coin de la pièce, je le ramenais juste à côté du lit pour qu’elle puisse m’entendre clairement et sans que je parle très fort. J’avais appris les arts et manières pour raconter une histoire selon son contenu. Pour celle-ci, je préférais être proche de mon auditoire même s’il n’y avait qu’une personne afin de pouvoir parler sans élever la voix presque en murmurant.

Je m’installer confortablement dans la fauteuil, croissant les jambes comme à mon habitude. Je commençai à jouer avec l’une de mes plus longues mèches de cheveux en portant toute mon attention sur Élisabeth qui semblait prête à boire toutes mes paroles. Je lui raconta donc le conte « La garde des Pluviers »*.

Quand j’eus fini ma petite histoire, le soleil avait commencé sa descente pour éclairer l’autre partie de la Terre. J’étais un peu inquiet parce que ma jeune auditrice n’avait presque pas bougé pendant mon récit. Je ne savais pas si elle avait aimé et j’appréhendais sa réaction. Mes yeux étaient fixés sur elle dans l’attende d’un signe de sa part.

« Avez-vous aimez ce conte ? demandais-je. Peut-être auriez vous préférez un plus fantaisiste ? »



*http://www.contes-irlandais.com/pluviers.html


Dernière édition par Mirage le Mer 1 Mai - 8:25, édité 1 fois

avatar



Invité
Invité


MessageSujet: Re: Deux étrangers, deux inconnus, et pourtant ! {PV Eira} FINI !! Sam 2 Fév - 10:41

Elizabeth buvait chaque parole de son interlocuteur. Oh, elle faisait toujours attention à ce qu'on lui disait, mais Keir avait cette capacité d'ensorceler son public avec ses paroles, ce qui était une qualité plus que respectable ! Et lorsqu'il eut fini de parler, la jeune fille ne s'en rendit pas tout de suite compte, tellement elle avait été absorbée par l'histoire. C'est avec une amère déception qu'elle revint à la réalité et repassa cette histoire dans son esprit, analysant chaque détail.

« Avez-vous aimez ce conte ? Peut-être auriez vous préférez un plus fantaisiste ? »

« Hmm ? Oh, non non ! Tu racontes très bien ! Je me demandais juste... »

La petite hésita. Depuis le début du conte, quelque chose la turlupinait, mais naguère son père lui avait dit qu'un conte sans mystère ne serait qu'une histoire vide sans intérêt. Elle n'était pas non plus sûre que Keir puisse répondre à sa question, mais la curiosité était trop forte et elle céda.

« ... Pourquoi est-ce qu'une mère maudirait ses fils ? Tu ne trouves pas ça bizarre ? »

Assurément, sa mère ne l'aurait jamais maudite pour avoir pris une grande part de gâteau, auquel cas elle serait déjà morte depuis longtemps ! Et puis pourquoi avoir les aînés avaient choisis la grande part en sachant qu'elle était maudite ? C'était probablement pour montrer que la gourmandise était un défaut, oui ... Mais pourquoi la fontaine se transformerait en mélange moitié miel moitié sang ? Enfin, cela n'intéressa pas très longtemps Liz... Par contre, elle se souvint du cadet. Au début elle l'aimait bien, c'était le héro typique, réfléchit et juste, et pourtant vers la fin quelque chose en lui l'avait déplu. Lorsqu'elle mit la main dessus, la jeune fille plaqua son poing contre la paume de sa main et se tourna vers Keir, les yeux ronds.

« Comment est-ce qu'on peut embrasser quelqu'un pendant trente minutes ? Ils n'étaient pas essoufflés ? Tu as déjà essayé ?»

Liz trouvait ça fourbe et peu digne d'un vrai héro de réclamer quelque chose et de ne pas tenir sa parole. Qui plus est, embrasser la femme de quelqu'un d'autre ! La jeune fille croisa les bras. Mis à part celà, c'était un conte agréable à écouter, d'autant plus qu'elle ne l'avait jamais entendu qu'auparavant. Elle se jura de le raconter à son père. Son personnage préféré était sans doute le chien, mais c'était le cas à chaque fois qu'un chien apparaissait dans une histoire... D'ailleurs son histoire préférée était celle de Gelert ! Pourtant elle se souvenait avoir détesté ce conte au début... Sûrement parce qu'il était triste, d'une certaine manière. Bien décidée à partager cette histoire avec son nouvel ami, elle s'installa confortablement et se tourna à nouveau vers lui.

« Est-ce que tu connais l'histoire de Gelert ? Elle est très populaire au pays de Galles, surtout à Beddgelert ! »

Et sans plus attendre, elle s'éclaircit la voix, se tenant droite comme un "i", puis commença son récit.

Àà fin, un petit sourire triste s'afficha sur son visage.

« Tu sais, si j'avais un chien, je l'appelerai Gelert ! Un chien aussi fidèle, c'est rare... »

La petite soupira. Ses parents allaient céder pour qu'elle ait enfin un chien, mais encore une fois sa maladie repoussa la chose... En fait, elle n'aurait probablement plus l'occasion d'avoir un chien. C'était triste, elle avait une idée très précisé du chien qu'elle aurait aimé avoir, un véritable sosie de Gelert. Soudain, elle rit en remarquant quelque chose.

« C'est drôle, Gelert est un chien irlandais, comme toi ! Est-ce que va veut dire que tu es aussi fidèle que lui ? » elle sourit légèrement, puis se cala à nouveau contre le dossier de son lit, les yeux perdus dans le vague. « Gelert était incompris, le pauvre... Toi aussi, tu te sens incompris, Keir ? »

Elle le regarda du coin de l'oeil, attentive. Elle-même se sentait incomprise depuis peu à cause de cette maudite maladie, malgré tout elle avait toujours le soutien de sa famille, et ça lui suffisait...


Spoiler:
 

avatar


NOM RÉEL : Elizabeth MacBell
ÂGE : 18
OCCUPATION : Lire, écrire, rêver...

VILLE ACTUELLE : New York



Voir le profil de l'utilisateur

★ Admin cool ★


MessageSujet: Re: Deux étrangers, deux inconnus, et pourtant ! {PV Eira} FINI !! Dim 3 Mar - 11:37



Je commençais à me demander si cette rencontre n'était pas l'œuvre du destin ou de la providence. J'avais en face de moi, une jeune fille exceptionnelle qui brisait peu à peu le mur qui entourait mon cœur. Elle respirait la vie malgré sa maladie, elle était comme un petit rayon de soleil qui illumine votre vie. Elle arrive justement à un moment de ma vie où je me demandais pourquoi je continuais à vivre, et pour quelle raison. Je retournais vite à l’instant présent en essayant d’oublier ces tristes pensées.

La curiosité et la vivacité de la jeune fille faisait plaisir à voir, raviva mon sourire. Elle avait croisé les bras pour montrer son incompréhension face à un passage de mon conte et exprima son opinion avec force. Devant de tels traits de caractère, j’en vins à me demander s’il n’y avait une adulte cachée derrière ce joli minois, mais en même temps il y avait des petites choses qui prouvaient son âge innocent.

Pour mon plus grand plaisir, elle décida que c’était son tour de me raconter une histoire. Je la connaissais surement, mais cela m’importait peu, j’avais très envie de l’écouter. Je m’enfonçais un peu plus dans le fauteuil, ne me concentrant que sur sa douce voix. Tout au long du récit, je ne pus la quitter des yeux. Son histoire me sembla familière sans que je m’en souvienne, j’étais donc doublement surpris.

A la fin, elle exprima son regret de ne pas avoir un chien, et je crus voir dans ses propos la trace d’une trahison toujours présente dans son cœur. Mais bien vite, elle retrouva son sourire et elle rit même en me demandant si j’étais fidèle comme le chien ce qui me fit rire également. J’inclinais légèrement la tête pour répondre positivement à sa question. J’avais toujours été fidèle avec les gens que j’aimais, tout naturellement.

La suite me fit malheureusement perdre mon sourire. Oui, j’étais incompris et ce depuis toujours, il n’y avait que Gabriel qui m’avait réellement compris. Mais aujourd’hui, je n’avais personne à mes côtés, personne à qui me confiait. Je me sentais affreusement seul et vide. Elisabeth semblait elle aussi incomprise et, je pouvais facilement devinait que sa maladie y été pour quelque chose. L’entourage d’un malade le voit toujours différemment quand il est au courant et agit donc différemment ; alors qu’il serait parfois plus bénéfique pour le malade de lui faire oublier sa maladie et d’être avec lui comme avec les autres. J’espérais vraiment que la jeune fille avait de bonnes personnes autour d’elle, qui l’a soutenait.

Une larme roula sur ma joue, j’étais si bouleversé d’un coup. Je pris la petite d’Elisabeth dans les miennes, j’avais besoin de ce contact à la fois pour la rassurer mais aussi me rassurer. Je caressais doucement sa main, les yeux dans le vide, essayant de remettre de l’ordre dans mes pensées. Pendant un moment, je restais comme cela refoulant mes souvenirs et mes larmes.

Je finis par reporter mon attention sur Elisabeth en lui demandant :

« Avez-vous déjà été amoureuse ? »

Je marquais une pause, mais pourquoi avais-je posé cette question. Ma bêtise me fit légèrement sourire.

« Je suis désolé, ma question est un peu bête puisque vous êtes encore bien jeune. Mais, je vous souhaite de tout cœur de trouver quelqu’un qui vous comprenne et vous aime pour la très belle personne que vous êtes.»

J’étais très sincère en disant cela, je lui souhaitais plus de chance que je n’en avais eue. J’avais été un homme vraiment heureux et épanoui durant ma relation avec Gabriel et jamais je n’oublierais tous ces moments passés ensemble. Toutefois, ils ne peuvent me faire oublier la douleur de l’accident et la mort de l’homme de ma vie. Je ne voulais pas aimer à nouveau de peur d’être une fois de plus brisé, casé et anéanti.

Je commençais à me sentir mal à l’aise, j’avais plombé l’atmosphère qui devenait lourde à cause de mes tristes réflexions. Une sorte de panique grandissait en moi, me faisant trembler et suffoquer. L’air vint à me manquer, je précipitais donc vers la fenêtre et l’ouvrit afin de prendre de grandes bouffées d’air et de me calmer. Je restais ainsi plusieurs minutes, le temps que ma crise d’angoisse passe. Ça m’était arrivé quelques fois, mais cela faisait un bon moment que je n’en avais pas fait.

avatar



Invité
Invité


MessageSujet: Re: Deux étrangers, deux inconnus, et pourtant ! {PV Eira} FINI !! Mer 13 Mar - 15:35


Elizabeth fut surprise lorsqu'elle vit Keir pleurer. Est-ce qu'elle avait dit quelque chose qu'elle n'aurait pas dû ? Son coeur se serrait rien qu'à voir le pauvre en larme... Elle voulait lui demander ce qui n'allait pas, mais elle sentit sa main sur la sienne et préféra garder le silence. Elle ne comprenait pas vraiment ce qui se passait, mais la petite fille pouvait constater que son ami souffrait, et qur ça n'était peut-être pas le moment de lui demander pourquoi...

« Avez-vous déjà été amoureuse ? »

Cette question la prit de court. Amoureuse ? Pas qu'elle sache... Il y avait bien certains personnages de livres qu'elle lisait, mais on ne pouvait pas vraiment qualifier ça d'amour. Pourquoi cette question, tout à coup ? Est-ce qu'il pleurait à cause de l'amour ? La blondinette secoua la tête pour montrer qu'elle ne l'a jamais été.

« Je suis désolé, ma question est un peu bête puisque vous êtes encore bien jeune. Mais, je vous souhaite de tout cœur de trouver quelqu’un qui vous comprenne et vous aime pour la très belle personne que vous êtes.»

Elle écarquilla des yeux et posa une main sur sa bouche interdite. On ne lui avait jamais dis ça auparavant. Elizabeth ne s'est jamais sentie "belle", c'était difficile de se qualifier ainsi quand sa mère est mannequin ! À une certaine période, elle s'était sentie très complexée par ça et en a énormément voulu à sa mère de faire un tel métier. Elle avait été victime de brimades à l'école à cause de ça aussi, et en changeant d'établissement, il a été décidé de garder sous clé le fait que le mannequin Ivy Brown était la mère d'Elizabeth. Mais même après cela, ce sentiment d'infériorité n'est jamais parti... Alors comment pouvait-elle trouver quelqu'un ?

... Et avait-elle seulement le droit de trouver quelqu'un dans sa condition ? Elle allait mourir. Elle n'avait que 13 ans et déjà elle savait qu'il ne lui restait plus longtemps à vivre. Elle allait mourir. Cette réalité la frappa plus fortement que jamais. Elle ne pourrait jamais rencontrer quelqu'un, tomber amoureuse, aller à un rendez-vous, se marier et rester avec cette personne. Elle allait mourir, et personne n'y pouvait rien.

Les larmes commencèrent à couler lentement sur son visage et elle ne revint à la raison que lorsque Keir se précipita à la fenêtre. Paniquée, elle souleva ses couvertures et le rejoignit en lui frictionnant le dos.

« Ça ne va pas ? Tu veux que j'appelle une infirmière ?! »

Sans attendre de réponse, Liz pressa un bouton de la télécommande posée sur l'étagère, qu'elle était censée n'utiliser qu'en cas d'urgence.

« Ils ne vont pas tarder à arriver... »

C'est en reniflant que la petite se rendit compte qu'elle pleurait encore. Dans une tentative pour soulager l'atmosphère, elle lâcha un petit rire et sécha ses larmes avec sa manche.

« Je suis pas encore tombée amoureuse, mais je sais que c'est un sentiment spécial. Quand je vois mon papa et ma maman ensemble, je me dis que je veux être comme ça plus tard ! »

Elle avait besoin d'être forte pour deux, alors elle sourit de plus belle.

« Et tu sais, même si je suis obligée de rester à l'hôpital, je suis sûre que je la rencontrerai quand même, cette personne qui me comprendra ! »

Oui, elle devait être forte. Il n'y avait pas de raison de perdre espoir, pour l'instant, elle pouvait respirer normalement, discuter normalement, et son coeur battait normalement aussi. Elle ne pouvait pas se permettre de s'appitoyer sur son sort alors qu'il y avait bien pire dans le monde !

« Et puis sinon, tu sais, ben je me marierai avec toi ! »

Elle éclata d'un rire léger pour souligner sa plaisanterie. Elle même se détendit un peu après, bien qu'elle ait encore les joues humides et le coeur lourd. Elizabeth n'était pas à plaindre. Dieu avait entendu ses prières, il lui avait envoyé un ami, il lui avait envoyé Keir. Alors elle priverait encore, encore et toujours, dans l'espoir qu'un jour il lui envoie la personne pour qui son coeur battrait. Pour toujours. Même quand elle ne serait plus là...


avatar


NOM RÉEL : Elizabeth MacBell
ÂGE : 18
OCCUPATION : Lire, écrire, rêver...

VILLE ACTUELLE : New York



Voir le profil de l'utilisateur

★ Admin cool ★


MessageSujet: Re: Deux étrangers, deux inconnus, et pourtant ! {PV Eira} FINI !! Mer 1 Mai - 8:23
« Et puis sinon, tu sais, ben je me marierai avec toi ! »

Par cette simple phrase dite avec innocence et honnêteté, Elisabeth me ramena à la réalité. Pendant un moment qui m’avait semblait interminable, le sol s’était comme effondré sous le poids de ma douleur. Elle avait brisé les chaînes qui enserraient mon coeur avec une facilité que je ne comprenais pas. Après mes deux tentatives de suicides loupés, j’avais pris la décision de continuer à vivre mais tel un automate. A son contact, j’étais redevenu tout simplement humain.

Face à cette proposition si candide, je ne pus que ravaler mes larmes et lui offrir le plus beau sourire dont j’étais capable. Je mis à penser que cette jeune demoiselle était un ange tombait du ciel, celui que je n’attendais plus. Elle aussi avait pleuré et je m’en voulais d’en être la cause. J’essuyais donc ses pleurs du bout des doigts, tout en la regardant dans les yeux. Parfois, on a pas besoin de mots pour s’exprimer et se comprendre, un regard peu suffire.

Nous fûmes interrompu dans cet instant magique par l’arrivée d’une infirmière. Elisabeth avait dû l’appeler en me voyant mal. Je m’excusais donc auprès de la jeune femme en lui expliquant que je venais de faire une crise d’angoisse. Je n’avais aucune raison de mentir et je n’avais pas honte de ce qui venait de se produire. L’infirmière voulut m’examiner pour être sûre que j’allais, mais je la rassurais : j’allais beaucoup mieux, la crise était passée. Lorsqu’elle en fut certaine, elle déclara sa joie qu’Elisabeth est de la visite mais aussi que les visites se finissaient bientôt.

Une fois la porte refermait, je me retournais vers Elisabeth ne sachant que faire. J’allais devoir partir, quitter cet être unique alors que je souhaitais rester à ses côtés encore et encore. Je n’expliquai pas ce lien entre nos deux personnes, je ne sais pas si elle ressentait la même chose que moi. Il semblait que sa seule présence apaiser mon âme tourmentait, personne n’avait réussi un tel exploit depuis Gabriel. Et pourtant, je ne voulais pas imposer ma présence à cette jeune fille plus que de raison.

Je me reculais un peu, gêné du silence régnant dans la pièce. Je m’éclaircis la voix avant de lui dire :

« Je vais devoir m’en aller, je ne vous ai déjà que trop importuner. Je suis désolé que vous ayez été témoin de ma ... crise. »

Je passais une main dans mes cheveux, embarrassé. Je restais un moment sans pouvoir bouger un seul petit doigt, avant de me reprendre. Je pris délicatement la main de la petite blonde pour y poser un baiser, recroisant son joli regard.


avatar



Invité
Invité


MessageSujet: Re: Deux étrangers, deux inconnus, et pourtant ! {PV Eira} FINI !! Mer 1 Mai - 21:34
Elle fut rassurée de voir que Keir souriait de bon coeur après sa proposition. Il essuya ses larmes, et ça la chatouillait un peu, alors elle ne put s'empêcher de rire. C'était un drôle de garçon. Tantôt il lui faisait peur, tantôt il la faisait pleurer, tantôt il la faisait rire. On pourra dire qu'il l'avait vu dans tout ses états ! Elle sentait qu'il était spécial, c'était un sentiment bien étrange à décrire, c'était doux et réconfortant, unique, Liz savait que leur lien était particulier.

La petite fut rassurée aussi de voir que son nouvel ami tout neuf n'avait rienbien qu'elle s'inquièta quant à sa crise d'angoisse... Est-ce que ça lui arrivait souvent ? Comment gérait-il ça ? Et est-ce que c'était à cause de leur conversation...?

Liz fit une mine boudeuse lorsque l'infirmière lui annonça que'heure des visites était terminée. Elle lâcha un long soupir d'indignation, pas contente du tout, du tout ! Pour une fois qu'elle voyait quelqu'un d'autre que ses parents ou du personnel hospitalier, il fallait que le temps défile à une vitesse folle ! Elle croisa les bras et se tourna vers lui, contrariée.

« Qu'est-ce que tu racontes ? Tu ne me déranges pas ! Je suis triste que tu doives t'en aller, je voulais parler plus longtemps avec toi ! »

Mais Elizabeth se rendait compte qu'elle agissait comme une enfant gâtée et lâcha prise avec réluctance. C'était comme si elle ne reverrai jamais Keir après aujourd'hui, comme s'il allait s'envoler dès l'instant où il franchirait le pas de sa porte. Mais elle devait le laisser partir, elle ne pouvait pas le retenir éternellement ici !

« Tu reviendras me voir, hein ? »

Pour toute réponse, le jeune homme prit délicatement sa main et y déposa un baiser. À la fois embarrassée et amusée, elle ria nerveusement et su que la réponse était "oui".

« La prochaine fois que tu viendras, tu demanderas ma main à mon père, ok ? »

C'était juste une plaisanterie, mais si elle insistait autant, c'est qu'elle avait vraiment, vraiiiiiment envie de le revoir après. Elle sentait qu'ils avaient encore beaucoup de choses à se dire tous les deux. Oui, assurément, ils se reverraient...

avatar


NOM RÉEL : Elizabeth MacBell
ÂGE : 18
OCCUPATION : Lire, écrire, rêver...

VILLE ACTUELLE : New York



Voir le profil de l'utilisateur

★ Admin cool ★


MessageSujet: Re: Deux étrangers, deux inconnus, et pourtant ! {PV Eira} FINI !!




Contenu sponsorisé


Deux étrangers, deux inconnus, et pourtant ! {PV Eira} FINI !!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
INSOMNIA. :: MONDE REEL - ZONE RP :: New York :: Quartier Administratif :: Hôpital :: Chambre n°250-